HD49 Visite de l’habitat différent à Angers

Visites à Angers

Il est 11 H , nous arrivons à l’Habitat Différent tout près du lac de Maine. C’est un ensemble de 17 maisons plus ou moins mitoyennes sur un terrain très en pente, paysagé. Ils nous ont redit bien des fois que, la prochaine fois, il faut revenir au beau temps pour voir les fleurs, les arbustes et les lopins de potager !

Les différents travaux de jardin entrepris en commun tous les ans fédèrent profondément le groupe (au moins deux journées par an où tous s’attellent à une tâche collective de jardinage, ceux qui ne peuvent pas préparent à manger ou surveillent les enfants…). Au beau temps ils se rencontrent beaucoup et s’invitent souvent.
Une partie des logements est en location. Loyer entre 500 et 800 €.
Ils vont bientôt fêter leur 30° anniversaire. Seulement 2 ménages du tout début sont encore là.
Une fois dans la Salle Commune, on nous a proposé des documents que Pascal a serrés dans son classeur précieusement. Et nous avons pu poser des questions.
Leur mot d’ordre, c’est “vivre ensemble chacun chez soi” ! C’est une belle formule. Tout est question de mesure, de subtilité avec une dose de bon sens et d’humanité.
Pour les prises de décisions du groupe, il faut tenir compte de l’inertie, le temps que chacun s’approprie le sujet et évolue vers les consensus. Il faut être prudent, patient et souple.
Il faut un minimum prévoir des règles en particulier pour les moments délicats, comme le départ d’un ménage et l’attribution du logement libéré (le bailleur, même s’il n’y est pas obligé, respecte apparemment les souhaits des habitants qui sont ainsi amenés à « coopter » les nouveaux occupants). Il faut prévoir un tronc commun de règles, un socle bas mais solide. Par exemple: entre les maisons pas de clôtures mais des petits massifs bas qui ne ferment pas. Les règles ne sont pas non plus gravées dans le marbre et peuvent évoluer au cours des années.

Les habitants se sont aussi constitués en association, ce qui leur permet d’organiser les tâches et évènements collectifs plus facilement (ex : un trésorier s’occupe de la cagnotte qui permet de financer les outils communs, achats de plantes ou équipements pour les espaces commun ; un-e président-e et un-e vice-président-e qui organisent les AG mensuelle en prévoyant notamment les ordres du jour). Pour qu’une décision soit prise, il faut au minimum que la moitié des adhérents de l’association (toutes les familles sont adhérentes) soit d’accord, mais le consensus est privilégié et les « minorités très écoutées ». Il semble que des rôles soient attribués à chacun des membres de l’association (ex : 3 personnes sont préposées au compost). En outre, ils ont décidé d’affecter deux familles aux tâches de ménage des espaces collectifs (salle commune et studio) chaque mois. A noter qu’un planning est disponible pour les réservations de ces deux espaces communs. En plus des AG, l’espace de discussion collective semble être « l’intranet » (qui est en fait un blog : http://hd49.wordpress.com)
Leur habitat a été construit par un bailleur “Le Toit Angevin”. Il faut maintenir le dialogue avec eux pour que les décisions prises n’aillent pas à l’encontre du projet des habitants. Entre autre pour l’attribution des logements. Comment imposer des règles de vie aux gens qui arrivent ; l’association peut se retourner vers le bailleur.
Le diaporama de nos hôtes “Habitat Différent”  

 

L’après midi nous faisons connaissance avec un petit groupe de 7 ménages, l’éco-Quartier des Prés”. Leur groupe est en grande difficulté: les 23 logements vont être livrés entre mars et mai et il manque 9 candidats (deux étages ont été repris par les soins du bailleur). Sur ce site de 2400 m2 il y aura donc des habitants qui ne seront pas concernés par l’habitat participatif, ça nous a fait dresser les cheveux sur la tête ! La cohésion va être difficile, le vivre ensemble aussi ; ils sont mal …On est inquiet pour eux.
Un point nous a semblé très important et positif: ils ont signé avec leur bailleur social, “le Val de Loire” une convention qui permet à l’association d’être maitre d’ouvrage associé. L’association participe à tous les choix. Une demi-journée par semaine, deux membres de l’association sont sur le chantier pour vérifier les travaux (le respect des choix du groupe en termes de matériaux par exemple) ! Les corps de métier n’ont pas trop l’habitude mais ils sont conciliants.
Nous avons noté aussi beaucoup de caractéristiques de matériaux que nous pourrons vous partager oralement.
L’architecture est très ramassée : de longs parallélépipèdes rectangles, orientés est-ouest, accès aux appartements par des escaliers et coursives extérieurs au nord, terrasses au sud, pas d’ascenseurs. Il semble que la conjonction des contraintes d’efficacité énergétique et de coût réduit induisent ce type d’architecture déjà vu dans d’autres écoquartiers (à Fribourg par exemple). Rien à voir avec le premier site dont l’agencement, par lui-même, semble contribuer à l’esprit participatif ! Cela paraît moins le cas pour le deuxième site… Un seul exemple : les grandes terrasses ensoleillés du 2ème site ne peuvent pas se partager de la même façon que les recoins de jardin du 1er site.